Soyez la bienvenue sur le forum Forbidden Light, un forum RPG dont le contexte se passe 4 années après les événements des jeux The Legend Of Spyro et dont l'univers et l'histoire sont devenus plus complexes et intéressants...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xehortil



Messages : 3
Date d'inscription : 12/08/2017

MessageSujet: Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]   Lun 6 Nov - 23:32

Il renifla bruyamment et se dirigea vers une douce senteur que son odorat avait pu détecter. Il s’arrêta devant un épais amas de buisson et n’hésita pas à se faire un passage à travers, écartant feuilles et épines pour finalement trouver un parterre de fleur aux longues pétales blanches et au cœur d’un rouge semblable au sang. Il en cueilli quelques une, les huma et les emporta avec lui dans son sac.

Son foyer commençait à manquer de plantes médicinales et aromatiques. C’était pourquoi il avait décidé d’aller en récolter un peu, histoire d’avoir des réserves. Il continua d’humer l’air.

« J’ai déjà de quoi assaisonner au moins ma viande, mais je sais qu’il y a quelques plantes qui s’associent parfaitement avec les bouillons dans le coin. »

Ce n’était pas la première fois qu’il arpentait ces lieux. Dans les grandes plaines qui entouraient les terres de la République Blanche se trouvaient quelques bosquets qui abritaient des ressources auxquels les Ar-Yhas ne faisaient que peu de cas. Leurs mines étaient plus importantes à leurs yeux. Quelle méprise…

« Au moins, je pourrais peut-être revendre certaines plantes. J’ai toujours considéré être herboriste en plus de joallier… »

Xehortil voyait toujours les choses en grand. C’était un ambitieux de nature, et cela n’avait jamais cessé, même après la guerre. Au contraire, la mort autour de lui ne l’avait que davantage enhardi. Après quelques heures de recherches, et un sac bien rempli de diverses plantes et même un peu de gibier desquels un peu de sang coulait toujours d’une des dagues de Xehortil, ce dernier sortit du bosquet en soupirant. Il regarda le ciel bleu. La journée n’était qu’à peine entamée.

« Je pense que j’ai mon compte en provisions. Mais que faire à présent ? »

Il s’ennuyait déjà rien qu’en y pensant. Il avait décidé de se prendre un jour de repos histoire d’être tranquille, l’excuse de la cueillette permettant de le rassurer, lui et ses acheteurs quotidiens. Mais maintenant qu’il y songeait vraiment, pourquoi ?

« Ehh… Je suppose que ça va me permettre de m’entrainer un peu. »

Il se dirigea vers un coin paisible, en bordure de fleure où d’autres avaient décidés de se reposer aussi. Une famille d’Ar-Yhas se détendait, leurs enfants jouant non loin d’eux. Il y avait aussi un dragon qui se prélassait au soleil.

« Il y a du monde… Ça ne me déplait pas. »

Il se mit un peu à l’écart et commença à faire quelques échauffements pour mettre ses muscles en forme et se préparer physiquement. Quand cela fut fait, il tira Darmür de son étui de cuir et déposa ses affaires non loin. Il fit quelques ourlets à son pantalon et se mit dans l’eau du fleuve, là où l’eau n’allait que jusqu’aux talons du félin. Le liquide était froid, mais cela lui semblait être une bonne méthode pour s’entraîner dans un milieu où son jeu de jambe était ralenti. Cela lui permettrait d’accroître sa force et sa vitesse. Il commença à faire tourner son bâton autour de son corps, puis quelques tours avec ses deux mains, devant lui, puis au-dessus de sa tête. Il arrêta ce spectacle et commença à donner quelques coups, comme s’il frappait un ennemi imaginaire, incrémentant ses coups de sauts, parades et galipettes assez gracieuses. Les enfants le regardaient avec une certaine stupéfaction, et Xehortil sourit.

« Prenez-en de la graine ! Ahah ! »

Satisfait de l’effet donné, il continua à s’entraîner, sentant déjà ses muscles chauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virem
Le Cendré
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]   Mer 15 Nov - 2:16

Je ne pouvais me garder dans la sécurité ou le confort de mon fort. J'avais envie de sensation forte, que l'adrénaline me monte au cerveau, mais je savais que peu de choses pouvaient men procuré autant et c'était un peu trop dangereux pour mes ambitions futures.

J'étais sur mon navire, non le Fellmuth, mais un navire plus personnel et moins gros. Il était construit dans un bois solide des iles environnantes, il était dit que ce bois était vivant et pouvait se durcir lui même par sa propre volonté. Ce bois, je les avais côtoyés, il me connaissait et je les connaissais, mais leur intelligence était sous évoluer comparé a celle que j'ai maintenant, leur demander des faveurs et de les manipuler était un jeu d'enfant, néanmoins je ne m'étais fait qu'un seul bateau, car je ne voulais pas coucher plus de mes semblables.  Cet énorme navire était sculpté dans la forme d'un navire de ligne, une vraie forteresse blinder et meurtrière. Ses doubles rangées de canons de chaque coté, de la poudre à canon en abondance pour assiégé des douzaines de forteresses. Ses voiles tisés dans les soies les plus résistantes et si douce. Celle des araignées, elle avait confectionné aussi les cordes qui retenaient les éléments de vol. Son bois d'une couleur sombre assombrissait toutes les vues par son imposante grandeur. Le symbole des skavengers était gravé fièrement dans l'acier du navire. Le dernier toucher était la tête de destructeur sculpter dans le bois massif de la proue. Cette tête était animée par la vie, elle bougeait fluidement, regardant au sol avec une vapeur fumante dans la gueule.

Je regardais la terre ferme au-dessus d'un village dans une petite vallée proche de la République Blanche. J'entendais déjà les hurlements, je sentais déjà la peur que je créais dans leur esprit et je laissai mon Navire oeuvré a ma place. Mon équipage armant tout les canons, Aerys a mes côtés se léchant, déjà les babines en entendant les crient, des civiles en dessous. Puis les coups de canon retentissent, les bacs d'huile brulante étaient versés dans les rues, les boulets touchèrent leur petite et insignifiante baliste. C'était un village d'une taille moyenne qui s'effondrait en peu de temps. Il ne restait plus qu'à descendre le navire pour venir quérir notre récompense. Les ressources premières de ce village. J'avais fait descendre Goliath plus près du sol pour que mon équipage récupère les nombreuses ressources des villageois. Aerys allait s'occuper de mes troupes, je décidai d'aller me promener aux alentours de la ville, non loin d'un ruisseau. Une ballade après un bain de sang était, toujours apprécier surtout quand l'odeur des cadavres brulés par l'huile était insoutenable.

Mes pas étaient silencieux, mais ma démarche se faisait dans une plaine, j'étais visible et je ne craignais pas grand-chose. J'entendis des hurlements devant moi, des oiseaux m'avaient vu, les enfants fuyaient avec leur mère. Leur père avait une mauvaise vision, du moins je le pensais, car il levait ses armes contre moi et m'attaqua de face. Je ne pouvais que grandement sourire, il y avait peu je me sentais lasse, mais en voyant un tel idiot se penser sauveur, me rendait euphorique. Je disparu dans un nuage noir puis je me retrouvais derrière lui, faisant traversées griffes dans sa chaire, pulsant l'énergie de la convexité au travers de son corps, il hurlait de douleur et de folie. Je fis apparaitre six tentacules d'ombre le fouettant de par tout côté pour le lacérer en entier. Je finis par le lâcher quand il ne gesticulait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenlight.forumactif.com
Xehortil



Messages : 3
Date d'inscription : 12/08/2017

MessageSujet: Re: Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]   Jeu 16 Nov - 19:23

L’eau était rafraichissante tandis que son corps accumulait de la chaleur à chaque friction de ses membres, de son corps entier. Il prit un peu de temps pour souffler un peu après un coup de paume dans le vide. Il se retira de sa position de combat et soupira longuement. Puis il se mit en tailleur dans le lagon, l’eau montant jusqu’à son bas-ventre.

Une de ses oreilles frémit et se tendit soudainement. Il rouvrit son œil vermillon. Une gigantesque ombre venait de passer au-dessus de lui. Il leva la tête, et ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’il vit ce qui semblait être la coque d’un bateau. Il se leva immédiatement et retourna chercher ses affaires. Il tenait la gueule ouverte tandis que le bateau semblait faire quelques mouvements aux alentours du village qui se trouvait non loin de la zone.

Les coups de canons surpassèrent les hurlements des habitants que l’on pouvait entendre d’ici. Le sang de Xehortil ne fit qu’un tour. Ses oreilles se baissèrent lentement tandis qu’il voyait ce bateau volant affichant le pavillon des Skavengers déverser huile et boulets aux alentours. Plusieurs nageurs plus loin fuyaient déjà dans le sens inverse au village.

Les poings de Xehortil se refermèrent, et un grondement sortit de sa gueule, entre ses crocs serrés. Il décrocha le masque gris qui pendait à sa ceinture et le plaça sur son visage, le serrant avec les lanières de cuir pour qu’il ne tombe pas. Il arrêta un des fuyards qui possédait un cheval.

— Il faut avertir des gardes. Chevauchez jusqu’à la ville la plus proche.
— On ne me le dira pas deux fois !

Xehortil le laissa partir ainsi. Il craignait que la couardise de celui-ci l’empêche de parler, mais il se rassura en se disant que les fuyards seraient une alerte suffisante. Il regarda la famille qui n’avait toujours pas bougé.

« Mais à quoi jouent-ils ? Rester planter-là ne les aidera pas. Ils devraient fuir… »

Il plaça son arme à son dos et se mit à courir la plus vite possible en direction du village. Ce fut à ce moment qu’il le vit. Lui, et pas un autre. Il s’arrêta net.

La description qu’il avait pu voir contre les remparts de la ville de Warfang et de la République ne semblait pas bien différente de ce qu’il avait sous les yeux. Un dragon en apparence, aux couleurs de la forêt. Des cornes à la pointe rouge comme le sang. Des yeux eux-aussi rouges. De plus, la présence des Skavengers ne pouvait pas poser de doutes. Il s’agissait de leur chef : Virem…

« Mais que fait-il ici ? Piller un simple village ? Pourquoi ?! Quel est l’intérêt à part tuer… Tuer… »

Ses poings tremblèrent un peu. Ce fut à ce moment que le père de la famille qu’il avait vu précédemment essaya de s’interposer. La facilité avec laquelle le pirate se débarrassa (et pire, s’amusa) de son adversaire surprit Xehortil. Il regarda les volutes de fumées qui allaient rejoindre le ciel.

« Il est aussi dangereux que les ragots le laissent croire. Les fuyards semblent s’être assez éloignés. Je dois aider à évacuer de possibles retardataires. Malheureusement, je crois que ce village est perdu. Je n’ai pas de temps à perdre, ils vont les massacrer ! »

Profitant de la « diversion » offerte par le malheureux, Xehortil se remit à courir et parvint jusqu’à l’entrée du village par lequel les pauvres habitants continuaient de fuir. On criait, on pleurait, on courait dans tous les sens.

— Non !

Xehortil remarqua une Ar-Yhas qui tendait la main en direction des habitations. Elle était retenue par un jeune.

— Ma fille est toujours là-bas, je le sais ! Se plaignait-elle.

Sans rien dire, Xehortil entra dans le village. Il esquiva l’allée principale et se faufila entre les maisons. L’odeur était horrible : l’effluve ferrée du sang venait se mêler au brûlé, et d’autres senteurs immondes. Le guépard était habitué au champ de bataille, mais ces sensations-là ne finissaient jamais de prendre au dépourvu un soldat, aussi entraîné soit-il.

Un sifflement lui fit relever les oreilles. Il bondit en arrière : un boulet de canon faucha une maison non loin, projetant des bouts de bois qui manquèrent de peu de se planter dans le corps du guépard. Il leva la tête. Ce bateau était terrifiant, et pas seulement à cause de ses armes : il y avait une sorte de tête animée par magie qui bougeait son regard.

« Mais qu’est-ce que c’est que cette horreur ? Quelle folie… »

Il entendit encore quelques cris et ne prit pas davantage de temps pour réfléchir. Il sauta par-dessus les débris et se dirigea vers les cris et les supplications. Il défonça une porte d’un coup de pied et entra dans une petite maison encore à peu près intacte.

Il avait devant lui une taupe qui portait une lourde caisse de bois, et au fond, près d’un âtre, une jeune Ar-Yhas, à terre, dont la main était tenue et tirée par un autre skavenger, qui se présentait sous la forme d’un guépard. Il portait un plastron de fer ainsi que des gants et des jambières du même matériau. Son arme, qui semblait être une hache à deux mains, était posée contre le mur le plus proche de lui.

Promptement, Xehortil bondit en direction de la taupe qui ne pouvait pas se battre avec cette caisse qu’il portait. En l’air, il déploya toute sa jambe droite et la fit descendre. Son pied gauche se posa au sol, mais le talon de celui de droite frappa la tête nue de la taupe qui fut sonnée. En retombant au sol, Xehortil ne laissa aucun répit et fit un coup de pied retourné, pivotant parfaitement sur son pied gauche qui ne décollait pas du sol. Le nouveau coup fit tomber la taupe. Pour terminer, le guépard leva sa jambe tendue (avec grande souplesse, puisque la jambe était levée à 140°) et la laissa tomber sur la nuque du skavenger, comme une guillotine. Un craquement bruyant se fit entendre. Xehortil décala son pied et regarda l’autre guépard avec un sourire narquois.

— Viens donc t’en prendre à ta race au lieu d’attaquer des gosses !

Avec ses doigts, il lui fit signer d’approcher, et le skavenger se désintéressa de la fille qui décida de se cacher dans un coin. L’adversaire prit sa hache, et Xehortil ricana en se mettant en position de combat : il fit légèrement glisser son pied gauche vers l’avant, le décalant par rapport à son pied droit. Il serra les poings et porta la main gauche à hauteur du torse, tandis que la main droite se positionna entre le thorax et le ventre, plus en retrait. La partie supérieure de son corps était légèrement tournée par rapport à la partie inférieure qui, elle, pointait tout droit.

« Je suis sûr que je peux le battre sans utiliser ma chère Darmür. »

Le skavenger le chargea. Xehortil se mit à faire de petits bonds en restant sur place, tenant la même position. Puis, lorsque son adversaire entama un mouvement pour amener sa hache, il bougea, se courbant pour esquiver une attaque tout en se déplaçant à la gauche de son adversaire. De là, il put donner un bon coup de pied dans le mollet qui mit le guépard à genoux. Ce dernier réagit vite, envoyant sa hache qui frôla Xehortil et fit une encoche dans le masque. Il n’avait pas prévu qu’avec une arme normalement si lourde il parviendrait à bouger si vite. Il l’avait surestimé. Il se remit en position de combat, se décalant vers la droite.

— Allez, approche !

Et il fit une nouvelle fois l’erreur de charger. Sauf que cette fois, il avait porté la hache au-dessus de sa tête, s’apprêtant à frapper à la verticale pour trancher Xehortil en deux. Mais ce dernier était vif. Un tour sur lui-même tout en se décalant lui permit d’esquiver l’attaque qui vint se planter dans le bois de l’âtre. Xehortil termina son tour en levant la jambe et frappa au niveau des fesses avec le cou du pied. L’adversaire tombe tête la première dans l’âtre. L’autre en profita et sortit de son dos Darmür. Il appuya le bouton au niveau de la crosse : la lame vint se poser contre le bâton, révélant la chaine qui tenait le métal, et le canon qui sortait du bois. Il visa rapidement et pressa la gâchette située entre ses deux poignées. Un trait de couleur orangé sortit du canon et vint frapper l’âtre, déclenchant une petite déflagration qui enflamma la cheminée, et qui éteignit la vie du pauvre mercenaire qui produit quelques cris étouffés alors qu’il brûlait dans le feu.

De la fumée sortit du canon. Xehortil souffla dessus et replaça la lame à sa place originelle, la rangeant dans son dos. Il considéra la jeune qui n’avait toujours pas bougé, qui regardait Xehortil avec des yeux larmoyants. Il s’approcha doucement et lui tendit sa main.

— Suis-moi, je ne te veux pas de mal. Ta maman te cherche, je crois. Elle est dehors.
— M-maman ?
— Oui. Allez, viens.

Elle sembla hésiter un instant puis prit la main de Xehortil.

Le duo sortit par derrière, mais alors qu’ils étaient en chemin, ils se firent encercler par un dragon qui se plaça devant eux, et un Ar-Yhas ainsi qu’une taupe derrière. Sur les côtés, ils étaient bloqués par les murs de deux maisons. Xehortil récupéra l’arme dans son dos et se mit en position de défense, faisant de son mieux pour cacher la fille qui se trouvait dans son dos, pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virem
Le Cendré
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]   Hier à 3:24

Je pouvais le lyncher, le lacéré petit bout par petit bout, lui arracher toutes ses plumes de façon irrégulière pendant des heures, mais je fus distrait par du mouvement, un chaton parti en courant dans le mauvais sens, la fuite n'était pas son but, je ne pouvais qu'être intrigué par cet individu qui aller surement e faire charcuté dans le village. Mon intérêt pour la tête de piaf s’était évaporé, les racines d'ombre revinrent dans la trace sombre produite par les rayons de la lumière et je laissai la créature prise pour morte ou du moins elle le sera dans quelque minute avec la souffrance qu'elle avait enduré.

Le bipède avait bel et bien couru dans la direction du village, je le voyais au loin, avec un peu d'imagination, je pouvais penser l'écraser comme un insecte entre mes griffes. Dans un cas où il serait devant moi, je l'écraserai quand même, ce n'était qu'un individu courageux comme il y en a bien des centaines. Je marchai lentement, voyant les fuyards du village qui bifurquait sur leur gauche et leur droite afin de m'évité, mais pauvre pathétique paysan, des skavenger de mon équipage les pourchassait et je ne voulais pas que mon équipage court plus loin alors je fis apparaitre des vignes d'ombre devant les fuyards, les bloquant assez longtemps pour que les armes et la violence de mes troupes viennent traverser leur dos, ouvrir le ventre d'un, laissant ses entrailles tomber sous ses yeux encore conscients. Un autre de fait démembré l'aile à coup de grande masse avant de se faire casser le cou. Un joli carnage, néanmoins je leur laissai le plaisir de sang pour continuer ma route vers les portes du village.

Les portes complètement ravagées par les boulets de canon ne tenaient plus que sur une penture de chaque coter, les éclats de bois étaient éparpillés partout autour de l'entrée. J’avais un certain regard qui ne fanfaronnait plus, une certaine tristesse passagère qui dura une petite seconde en regardant et en sentant le bois sous mes pattes, puis je continuais mon avancé tranquillement. Mon sourire redevenu léger avec une vision d'ensemble sur un magnifique chaos. La majorité des civiles avait pu prendre la fuite, les gardes qui avaient survécu se battaient pour leur vie, déborder par mes troupes assez nombreuses et expérimentées dans les assauts avec violence.

Je pouvais sentir du mouvement étranger dans mon dos, je savais clairement que c'était un piaf, je le sentais lui et son métal saignant. Ses chakrams circulaires dans chacune de ses pattes. Bien qu'il voulait finir mes jours, je ne bougeais point, je savais que c'était inutile de me mouvoir pour cette attaque, je sentais l'air qu'il déplaçait, mais une autre vague de vent vint s'interposer entre moi et l'oiseau.

L'odeur du sang pouvait être humée, celui du sang frais après un bruit de chaire couper. Le corps de mon assaillant tomba dans un un bruit sec et un bipède marcha a mes côté, elle était bien plus grande que moi, on aurait pu la méprendre pour un homme si elle n'était pas munie de sein et de hanche plus arrondie. Aerys était son nom et il était craint par beaucoup. Elle était connue pour sa violence et ça capture de chasseur l'archer de Spyro, le petit minou qui aurait pu mourir jeune au banquet de Spyro. Aerys avait une stature assez imposante et sa violence lui avait valu mon attention pour un rôle plus haut. Elle m'accompagnait souvent pendant les assauts. Elle était violente sans remords ni pitié. C'était la bonne pour être à ma droite. Je lui faisais plus confiance, mais pas total, d'ailleurs je ne faisais confiance à personne sauf moi et mes ancêtres d'écorce.

- Est-ce que les ressources sont toute à bord?

- il ne reste que quelque retardataire qui devait prendre des prisonniers pour l'arène! S’il ne les amène pas, je leur fais la peau!

- Ils doivent déjà avoir leurs peaux découpées. Viens avec moi, j'ai des doutes sur la personne...

Je continuais au travers du chaos de sang et de destruction, l'odeur affreuse m'obligea à ne respirer que par ma bouche ce qui me permit de ne pas sentir la charogne brulée et saignante. L'huile était immonde pour mon odorat.  Une meute de quelque skavenger était autour d'un individu au loin,  je pouvais voir un bipède, mais bon, les skavenger avait l'air un peu hésitant d'attaquer dans le début, mais je me doutais que cela n'allait pas durer. Ils l'attaquèrent,  presque un par un, les imbéciles. Il avait l'air de bien leur donner du fil à retordre. Il eux une légère pause dans leur combat avant de recommencer puis un retour au front.

Pendant une deuxième pose de combat, j’étais arrivé dans le dos d'un de mes pirates, à environ dix mètres. Il chargea l'individu que je reconnus comme le matou de quelques minutes plus tôt. Il avait une arme bien étrange, ce ne pouvait pas être une arme ordinaire, elle devait être fabriquée par un artisan bien talentueux. Avant même que mon pirate soit a porté de trois mètres, je traversais les ombres pour lui agripper le visage, le ramenant violemment vers l'arrière. Le hynas saignait du visage à cause de ma prise rapide. Il se releva prêt a bondir pour m'attaquer, mais quand il vus ma personne, il comprit qu'il ne devait pas combattre le le chat. J'avais un sourire pendant qu'une taupe vint donner une serviette à celui que je venais de blesser au visage. Les skavenger autour du bipède et de la petite fille prirent une position plus neutre, bien moins agressive qu'au début. Je ne pouvais que sourire en voyant le sauveur.

- J'ai été surpris quand tu as décidé de courir vers le village et non de fuir les hostilités. Soit du courage, un sens du devoir ou de la folie, néanmoins elle a bien l'air de t'être positive. Pourquoi risquer ça vit pour retarder l'inévitable? Cette ville est en ruine a présent, tu es dans la zone qui est conquière par un monstre qui tue ou feras tuer plus tard ses gens. Pourquoi les sauver quand ils sont tous destinés à mourir?

Je pris une pose regardant le matou avec son arme intrigante. Je m'approchais de façon tranquille avec un sourire plus qu'inquiétant. Je finis par marcher autour de lui pour mieux voir l'enfant qu'il tentait de cacher, mais je n'approchais point l'enfant, j'avais une idée pour cette jeune fille.Je tournai mon regard vers un guépard gardant toujours une certaine distance et vision sur le "héros".

- Va me chercher les quelques prisonnières que nous avons. Fait vite.

Le guépard prit presque ses jambes à son coup pour aller chercher avec un autre skavenger plusieurs femelles. L'une d'elles se dévoila rapidement, elle criait "Élianna!" quand elle vu la petite fille derrière le matou. La petite fille ne pouvait plus contenir ses pleurs en voyant sa mère. Je gardais la mère non loin de moi et je retournai les autres au bateau.

- Dis-moi, d'où vient cette arme étrange? Elle est intrigante visuellement et pourquoi tu ne viendrais pas avec moi sur mon vaisseau au lieu de pourrir avec des hypocrites comme ses têtes de piaf? tu sais qu'ils font de l'esclavage a l'insu de tous? Les araignées ne sont peut-être pas magnifiques visuellement, mais elles méritent un respect non? Avec moi au moins tu sais à quoi t'attendre!

Dis-je en ricanant d'un rire presque psychotique, mes yeux rouges a moitié fermer pendant que mes cordes vocales crachaient des son saccadé, puis je fixais de nouveau mon interlocuteur de mes yeux rouges perçants attendant une certaine réponse surement agressive du guerrier devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenlight.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un entraînement surprenant [PV Virem / Xehortil]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est le meilleur entraînement des rocky ??
» Vêtements d'entraînement
» Sylvester Stallone arrête l'entraînement
» [SOFT] FOOTCOACH 0.5 : Listing d'exercices d'entraînement de football [Gratuit]
» S'entraîner chez soi :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fobidden Light :: Les territoires de ce monde :: Les terres de la Lumière :: Les plaines d'Hiralp-
Sauter vers: