Soyez la bienvenu sur le forum Forbidden Light, un forum RPG dont le contexte se passe 4 années après les événements des jeux The Legend Of Spyro et dont l'univers et l'histoire sont devenus plus complexes et intéressants...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sylvia - Dryade

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sylvia - Dryade   Lun 19 Fév - 12:56



Sylvia



Votre nom complet : Sylvia Eldor.
surnom et petit nom : La Dryade, Fleur Lunaire, Sysy.
Âge : 18 ans.
Sexe : Féminin.
Espèce et race : Dragonne Chromatique Infectée par le Bosquet.
Description :
 
Faction : Neutre.
Métier : Enfant sauvage.

Pouvoirs et leur effets : Poison et Psychique.




Caractéristiques physiques:
C'est ici que vous ferez votre description physique de votre personnage, nous demandons que 5 lignes pour la description.

Caractéristiques mentales:
C'est ici que vous ferez la description mental de votre personnage, ses goûts, ses désirs, ses défauts, ses passions, etc. Nous demandons 5 lignes minimum pour la description.


Histoire:
"Qui est-elle ? Tout le monde aimerait le savoir. Loin de se douter d'être l'une des filles de la famille Eldor, la jeune dragonne sans nom a grandie seule au fin fond du bosquet ancestrale. Les légendes la nommèrent Sylvia, Fleur Lunaire, mais d'autres mythes la considèrent comme étant la reine de la forêt, voir même la déesse. Allez savoir... Il n'y avait aucun moyen de connaitre la vérité. Pourtant, de nombreux voyageurs et aventuriers l'avaient vu. Mais jamais personne n'avait jamais réussi à l'approcher. Elle n'était qu'un spectre dans la forêt. Cachée dans les ténèbres du bosquet. Et parmi les créatures étranges qui y vivent, elle était l'une des rares plutôt pacifiques. Discrète et silencieuse, elle a vu et écouté nombres d'événements dans la forêt, mais personne ne l'a jamais prise. Et muette comme elle est, personne ne pourra jamais connaitre son histoire entièrement. Seul le Chroniqueur pourrait vous la conter. Malheureusement qui sait où il se trouve. Peut-être m'aurait il épargné seize année de ma vie. Mais je dois être le seul à penser qu'elle aura de l'importance plus tard. Comme pour Spyro, les légendes ressortent toujours quand il le faut, et je parie que cette dragonne en aura. Enfin, je ne serais malheureusement plus là pour le voir. J'espère que quelqu'un reprendra mes recherches à son sujet. Si quelqu'un lit ses notes, c'est parce que j'ai passé des années de ma vie à la recherche de cette jeune demoiselle et je veux laissé une trace de ce que j'ai appris aux cours de mes aventures. En espérant que ses informations ne tombent pas entre de mauvaises griffes et que personne ne lui fasse jamais de mal, voici l'histoire de la jeune Sylvia."

"J'ignorais comment son œuf est arrivé là. Un sauvetage qui a mal tourné comme pour Spyro ? Une expédition qui a mal finie ? Une intervention divine ? Je l'ignore, mais un psychopathe avait volé les œufs de la famille Eldor a cette époque. Peut-être que l'un d'entre eux lui a échappé, ou bien qu'il l'a laissé là. Allez savoir. Tout ce que je sais, c'est que son œuf est arrivé par la rivière d'argent, dans un panier. Tout comme Spyro en effet. Mais au lieu de tomber sur des libellules, Sylvia a eut droit a... Comment vous décrire cette créature ? Je l'ai nommée Jade. C'est... Un monstre... Une sorte d'insecte géant, comme une araignée, mais bien plus grosse, d'une couleur blanche et pure, aussi éclatante que mille soleils. Sachez que je ne l'ai aperçu que quelques fois et jamais en entière. D'ailleurs si vous voulez mon avis, personne ne la reverra jamais je pense, vous comprendrez plus-tard. Quoi qu'il en soit, Jade l'a recueillit et l'a élevé comme le ferait une mère. Cependant, cette créature devait faire une expérience sur la jeune Sylvia, car malgré tout l'amour qu'elle lui offrait, elle la nourrissait avec des baies empoisonnées qui provoque la maladie de la dryade. De quoi s'agit-il ? Une infection qui se propage sur tous le corps, faisant poussé des végétaux sur votre peau. Souvent du bois de fer. La petite en souffrait grandement au début, mais à force de sorts, d'enchantements, d'incantations, de traitements, de soins... Appelez ça comme vous voulez, Sylvia a commencé à digérer correctement ses baies, ainsi que tous les fruits empoisonnés du bosquet. Mais la maladie est restée, mais sans jamais plus la faire souffrir ni la gêner. La dragonne a continué de grandir avec ses branchages sur son corps, et Jade lui a appris à se nourrir seule ainsi qu'à se défendre contre les créatures de la forêt."

"Et puis plus rien de bien intéressant jusqu'à ce que je tombe dessus au cours de l'une de mes expéditions pour découvrir le secret des Forestières Blanches du bosquet ancestral. Il y a eut bien sûr eut entre temps des rencontres avec d'autres aventuriers, mais très peu s'y sont intéressé autant que moi. Ainsi, je l'ai vu, la première fois, elle était magnifique, noir avec son bois aux couleurs de l'ébène. Ses cornes légèrement courbées, ses oreilles longues et pointues, son visage asymétrique à cause de l'écorce qui y avait poussé et surtout, chose très rares pour un dragon, une corne frontale blanche, aussi pure et lumineuse que des milliers de soleil. Je pense qu'il s'agit d'un cadeau de Jade car elle est née sans, mais je n'ai aucune idée du moment où elle lui est apparue. Un jours elle ne l'avait pas, et le lendemain elle l'avait. Et les branches qui s'enroulaient déjà autour signifiait clairement que cette corne était là depuis bien plus longtemps. Je n'ai pas pu déterminer se mystère avant longtemps. J'avais des théories mais je ne vous en ferais pas part, surtout qu'après ce que j'ai vécu, certaine vous paraitrons farfelue et dépourvue de sens. À ce moment, je me demandais s'il ne s'agissait pas d'une mutation dû au traitement de Jade. Enfin, reprenons. Cette jeune et jolie dragonne était fine et longue, tel un serpent sur quatre patte comme l'était Cynder lorsqu'elle était maudite. Magnifique. Au bout de sa queue se trouvait une lame argentée en forme de lune. Les mêmes étaient sur l'onglet de ses ailes. Ses crochets lui permettaient d'escalader et de se hisser dans les arbres avec facilité. Et maintenant, le plus beau chez elle, des écailles dorées sur le corps. Pas du vrai or vous vous en doutez, mais des écailles de cette couleur. Formant des symboles et des dessins sur son corps serpentins. Ses plaques ventrales ainsi que la membrane de ses ailes sont quant à elles d'un indigo sombre surprenant dans cet étrange mélange de couleur. Mais le tout reste très harmonieux et agréable à regarder."

"J'ai du tombé amoureux d'elle. Un coup de foudre. Car aucune seconde de ses seize années qui ont suivis n'était sans pensée à elle. Mais laissons les sentiments de côtés et revenons à notre mystérieuse jeune dragonne. Les premières fois, je la considérais encore comme une enfant perdue. Je lui parlais, je l'appelais, persuadé qu'elle me comprendrait. Ce n'est que bien plus tard que j'ai réalisé que le moindre bruit provenant de moi l'effrayait. Elle devait se sentir en danger, chassée. Et elle avait raison de le croire. Aucune idée de ce que j'en aurais fait si elle était venue à moi. Je voulais pourtant l'attraper, la capturer pour l'étudier à Warfang elle et sa maladie. Malheureusement, malgré mes dépenses excessives, aucun piège ne fut assez intriguant pour elle. Elle n'est jamais venue. Ô elle les a pourtant approché, mais jamais elle n'est tombé dedans. J'ai vite renoncé à cette idée. Le seule moyen de l'étudier était sur le terrain. Et avec mon âge, c'était devenu compliqué. Mais je fis l'effort de le faire malgré mes vieux os. Je l'ai donc regardée grandir de loin. Manger des fruits, des petits animaux, des feuilles parfois... Se laver, parce que oui, malgré son état que l'on qualifierait facilement de sauvage. La petite se lavait régulièrement. Chose qui était assez difficile pour elle avec le bois sur son corps. Et ce n'était pas par plaisir d'être dans l'eau. Après s'être roulée dans la boue, où que ses écailles étaient sales, elle se lavait. La petiote était donc plutôt coquette. Pour quelles raisons je l'ignore. Peut-être suivait elle des instincts ou bien Jade lui avait appris à se tenir correctement. A titre de comparaison, même si la plupart des insectes n'aiment pas l'eau. Ils sont quand même vachement propre. Quoi qu'il en soit, la jeune se faisait belle et je doute que ce soit pour le vieux guépards que j'étais."

"Mais revenons en à sa maladie. La fameuse dryade. J'ai étudié ses effets et l'ai soumise à quelques tests pour me rendre compte de ce que ça pouvait faire. J'ai classé ce phénomène au même titre que le vampirisme et la lycanthropie. Le dryadisme (oui j'ai inventé ce mot) est une malédiction. Après l'avoir faite courir pendant des heures et des heures sans jamais l'épuisée, j'ai compris que le bois sur son corps oxygénait directement ses muscles par photosynthèse. La journée, elle était irrattrapable, la nuit en revanche, c'était plus facile. Heureusement, les chiens de chasse que j'avais acheté n'était pas méchant avec elle. Ils les poursuivaient et lorsqu'elle se retrouvait cernée elle semblait communiquer avec eux avec ses mimiques et à l'aide de sa magie pour les calmer. Sa corne luisait dans ses moments et je pense que la dryade ou que sa corne lui permettait de communiquer avec les animaux. Mais ce n'est pas tout, des Skavengers visitait aussi régulièrement la région pour capturer des créatures pour leur arène. Et une fois ils sont tombés dessus, elle n'a cependant pas fuit, elle s'est battue comme une bête sauvage défendant son territoire. Et je dois dire qu'elle à une force super développée pour son âge. Je n'avais jamais vu une hyène prendre une telle envolée suite à un coup. Cependant, elle ne les a pas tués, elle les a mit KO, et a sagement attendu qu'ils fuient une fois réveillée. Ces derniers avaient posé un camp et avait fait un feu. Et bien que cette chose curieuse qui faisait de la lumière et de la chaleur l'intriguait, elle a très vite compris que c'était une chose dangereuse et puissante. Elle l'a donc enterré pour l'étouffer, mais c'est couché dessus ensuite pour profiter de la chaleur restante. Elle a donc eut la mauvaise surprise de voir son propre bois s'enflammer, et malgré l'aide que je voulais lui apporter, elle a préféré ce jeter dans la rivière. Sa brulure n'était pas si grave mais aurait handicapé un dragon normal pendant une bonne semaine. Pour elle, quelque jours seulement ont suffit pour la soigner complètement. Cependant, le bois à cet endroit mit davantage de temps pour repousser."

"Cette petite créature sembla intéresser davantage les Skavengers par la suite puisque certains d'entre eux se mirent en tête de la capturer. Je pense qu'il s'agit du petit groupe qui l'avait rencontré. Et comme moi, ils mirent en place des pièges, mirent au points des stratégies, et analysèrent son comportement. Mais contrairement à moi qui n'utilisait que des pièges qui ne servait qu'à l'attraper. Eux n'avait pas honte d'utiliser des pièges à ours, des perces-ailes et nombre de piège dangereux capable de la blesser. J'ai donc fait tout mon possible pour la protéger. Saboter des pièges, alerter la dragonne par tous les moyens. Je lui ai même jeté une pierre dessus pour la faire fuir une fois. Elle était toujours aussi prudente, mais les Skavengers se moquait de l'état dans lequel il la récupérait. Donc les piège à ours sous les feuilles, même la personne la plus prudente ne les verrait pas. Mais il ne lui arriva finalement rien et ses hyènes, abandonnèrent rapidement, convaincu d'avoir rêvé son existence. Je repris donc mes recherches l’esprit plus tranquille, et celui de la dragonne aussi, car contrairement à avant, la petite me laissait l'approcher. Forme de gratitude, ou simple habitude de ma présence. Même si j'aurais aimé la première option, je reste convaincu qu'il s'agit de la seconde. Je ne pouvais pas encore la toucher, mais l'approcher était devenu possible. Je découvris alors de nombreuses choses à son sujet. Notamment, ses yeux violets. Ses petites griffes acérées. Et surtout, je pu voir sa corne de plus près, ainsi que ses différentes lames. Bien que jeune, ses énormes lunes métalliques en aurait repoussé plus d'un, dont moi. A vrai dire, je préférais évité de finir tailler en rondelle par ses griffes acérées. Ainsi, je me contentais de l'observer sans la déranger."

"Puis elle grandit, et son comportement changeait avec le temps. De jeune fille insouciante, elle devint une chasseuse experte sur son territoire. Et moi, espérant de tout cœur avoir gagné sa confiance, je me rapprochait de plus en plus. Jusqu'à faire un pas de trop, un mauvais jour. Blessée d'un combat contre des chiens du bosquet, je ne pus rester immobile à la regarder souffrir et gémir de douleur. Je pris donc mon courage pour l'approcher doucement, bien dans son champs de vision, et au sol pour ne surtout pas la dominer par ma taille. Elle me fixait en léchant ses blessures. Puis d'un seul coup, elle se redressa alors que je n'étais qu'à un bon mètre d'elle et se mit à grogner. Elle dû me prendre pour un charognard à cet instant. Mais je ne lui voulais pas de mal, je restais donc au sol, immobile. Elle s'approcha alors toute seule, et se mit à me renifler et à me toucher avec ses pattes griffues, vérifiant sûrement ce que j'étais. Mais à cet instant, jamais je n'étais aussi heureux et inquiet à la fois. Je ne risquais rien de plus que ma vie à cet instant, mais jamais je n'avais été aussi proche d'elle. Et bien que l'envie soit grande de l'attraper, je savais que je ne ferais pas deux minutes contre elle même blessée. Et puis, ce n'était pas mon objectif de m'en faire une ennemie, je voulais la comprendre. Et ce visage, ce visage me rappelait tellement quelqu'un. On aurait dit une des filles Eldor. C'est à ce moment que je fis le lien entre la fille de la forêt et cette famille, elle en était sûrement une. La fille perdue de la famille. Je l'avais donc retrouvée. Mais ce n'était pas le problème pour le moment. Elle continua pendant plusieurs minutes, puis s'arrêta. Elle cessa de me tourner autours, et se remis en place à lécher ses blessures. Je finis donc de m'approcher délicatement, et vint lui caresser la tête."

"Le bois sur son corps était rugueux comme l'écorce, ses écailles solides. Mais c'était un immense plaisir de pouvoir enfin la toucher. Rapidement je fis le calcul dans ma tête, j'avais mis dix ans pour y parvenir. Je caressai doucement son visage, et je ramena ma main quand elle se retourna vers moi. Cessant de lécher ses blessures. Elle s'approcha, et vint se frotter contre celle-ci, mais un bruit retentis près de nous, et la dragonne s'enfuit en boitillant. Ses blessures mirent du temps pour guérir entièrement, mais aucune cicatrice n'en resta, puis elle se remit aux guerres de territoires jusqu'à ce qu'une créature vraiment particulière attire sa curiosité. Spyro était dans la forêt. A l'époque j'ignorais tout de ce jeune dragon, et il intrigua tout particulièrement Sylvia. Elle le suivit pendant tout son voyage à travers le bosquet, mais ne lui vint jamais en aide. Elle devait surement s'intéresser au jeune mâle à peine plus âgé qu'elle. Peut-être se comprendrait-il devait-elle se dire ? Mais non, ni lui, ni Sparx n'eut l'attitude qu'elle espérait. Elle dut être très déçue. La civilisation les avaient séparés à tout jamais. Mais quand les Skavengers arrivèrent après la défaite d'Arborick. La jeune Sylvia voulu tenter quelque chose. Je le sentais. Mais Skabb devait l'effrayer et elle n'en fit rien. Heureusement pour elle, car je doute qu'elle aurait pu faire quelque chose contre ce pirate. Il l'aurait capturé comme le dragon violet et elle aurait fini ses jours sur le Fellmuth. C'était une bonne chose qu'elle n'ait rien fait."

"Quelques temps plus tard, la nuit éternelle s’abattit sur le monde. Et la dragonne trouva refuge au pied du plus grand arbre du bosquet. Il fut difficile pour moi de rester terré là bas. Je voulais rentrer à Warfang et m'assurer que tout allait bien pour mes collègues et amis. Mais je ne pouvais me résoudre à abandonner la jeune dragonne aux ténèbres. Elle avait peur. Mais un jour vint où Malefor lui même se rendit dans la forêt. Je pris sur moi pour la dégager. Je me fis mordre, je me fis griffer... Mais aucune blessure n'était assez douloureuse si je pouvais lui sauver la vie. Je l'emmenai dans la forêt, et quand le maitre noir coucha l'arbre monde (oui c'est ainsi que j'avais nommé ce point de repère), le plus grand arbre du bosquet, nous étions déjà loin. Je la libéra après être sûr que ce monstre soit partit. Je soignais difficilement les différentes blessures qu'elle m'avait causée. Et après quelques jours, je retrouvais sa trace. Elle était allée constater les dégâts, l'arbre monde avait littéralement disparu. Et elle aussi semblait avoir perdu son point de repère. Quoi qu'il en soit elle repris ses jeux de chasses et de guerres de territoires. Consommant des animaux de plus en plus gros, et affrontant des ennemis de plus en plus coriace. Mais elle asseyait progressivement sa domination sur la forêt. Les animaux, même les plus dangereux se méfiait d'elle. A l'exception de quelque race dont une en particulière. Les forestières blanches. Elle m'avait conduit jusqu'à leur territoire. Une zone boisée couverte de toile blanche et luisante. Par simple curiosité j'étais allé toucher la soie de ses araignées. Et bien que très douce, je sentis au fond de moi un sentiment étrange. Comme si je n'étais pas à ma place, mais en même temps une sensation de gratitude. Sylvia fit de même, et Jade apparut de nouveau."

"J'ai alors compris que les forestières blanches étaient venues en aide à la jeune Sylvia. Et lui avait offert cette corne sur son front, afin de les comprendre et de maitriser les pouvoirs psychiques. Cependant, comment un groupe d'arachnéide avait bien pu modifier son corps ? Je ne l'ai pas compris. Mais c'est après que je suis allé acheter du matériel bien spécifique à Warfang malgré la guerre qui faisait rage. Et je me suis mit en tête d'examiner celle-ci. Et en réalité, la corne, bien que soudée à son corps, n'était pas organique. C'était une branche comme le reste sur son corps, mais celle-ci était enroulée autours d'un cristal magique, blanc et pur, un cadeau des forestières sûrement, et ensuite, la branche enroulée étaient elle même enveloppée dans de la soie. Argentée et aussi solide que du diamant ainsi condensée. Le pouvoir de comprendre les animaux provenaient donc de la soie des forestières blanches qui entourait sa corne. Et le cristal devait permettre de disperser l'effet afin de se faire comprendre sans avoir besoin de les toucher avec sa corne. Mais pourquoi moi je n'en ressentais pas les effets ? En réalité, sa curiosité l'avait toujours poussée à m'apprécier d'une manière ou d'une autre. Et de là est né mon amour pour elle. Elle dispersait de la curiosité autour d'elle en ma présence. Puis cette curiosité devint de l'habitude et du réconfort. En ma présence, elle savait que tout allait bien, après tout, elle avait été habitué à ce que je sois toujours là. Et la seule fois où les choses allaient vraiment mal, ma présence lui a sauvé la vie. Son esprit complexe m’appréciait donc suffisamment pour me considérer comme un allié, sans pour autant me laisser libre de mes actions sur son territoire."


Comment avez-vous trouvé/découvert le forum? Virem et Spyro m'en ont parlé et m'ont invité. ^^

Quel est votre avis sur notre forum? Je ne suis pas très fan des couleurs choisies, mais j'aime beaucoup le contexte. J'ai hâte de le voir évoluer. ^^

Question mystère:




By Virem
Revenir en haut Aller en bas
 
Sylvia - Dryade
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amants de Sylvia de Jakupi
» Sylvia Plath
» Dryade par Eldandil
» Sylvia Townsend Warner: Laura Willowes
» [Fast, Howard] Sylvia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Light :: Votre imaginaire! Votre personnage! :: Présentation de personnage! :: Fiches refusées-
Sauter vers: