Soyez la bienvenu sur le forum Forbidden Light, un forum RPG dont le contexte se passe 4 années après les événements des jeux The Legend Of Spyro et dont l'univers et l'histoire sont devenus plus complexes et intéressants...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une Jungle d'Or et de Sang (Célia Ritorek)

Aller en bas 
AuteurMessage
Chasseur

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 22
Localisation : La vallée d'Avalar

MessageSujet: Une Jungle d'Or et de Sang (Célia Ritorek)   Jeu 15 Mar - 19:32

Après les trois semaines qui ont suivi mon départ depuis une petite ville côtière du Royaume à bord d'un petit vaisseau, me voici enfin le long des rivages paradisiaques des terres du sud non loin d'Altror, parsemées ici et là de quelques villages de pêcheurs Atlawas.
Le vaisseau accosta sur le sable fin, et les marins avaient pour consigne d'attendre mon retour pour reprendre la route.
De là je traversa le village afin de m'y procurer tout ce dont j'avais besoin pour mon périple à venir : de la nourriture, de quoi me soigner au cas où et de l'eau, beaucoup d'eau!
Je n'emporte que le strict nécessaire, la chaleur tropicale des lieux m'a fait abbandonné ma cape et ma tunique.
Ainsi mon pagne, mes gantelets et mes protège-tibias me suffiront, j'emporte mes xiphos double ainsi que mon carquois chargé à bloc, et l'arc que m'a lègué mon père. J'emporte également le traité ainsi que de quoi le faire signer par un responsable des affaires diplomatiques de la tribu de Kane, et quelque soit sa réponse, je ferais renvoyer ce parchemin à mon Roi par le biais d'Elessar.

Ma mission était simple, partir à la rencontre de la tribu, et les faire rallier à notre cause pour la guerre à venir, cela ne devrait pas être si compliqué, Kane entretiens d'excellentes relations avec Spyro depuis que ce dernier les a sauvé du courroux de Cynder il y a plus de huit ans. De plus leurs civilisation commerce beaucoup avec notre Royaume. En effet leur ressources en denrées et épices rares, étoffes à motifs, pulque, or et turquoises dont les dames Warfangiennes raffolent leur ont permis de devenir puissants et prospères.

Ainsi je commençais à pénétrer dans la jungle épaisse et étouffante usant de mes xiphos comme de petites machettes, le voyage pris près de trois jours avant de voir le bout de cette sylve et apercevoir les constructions Atlawa sur les hautes montagnes.
Je pris alors les sentiers entre les rochers et les arbres tropicaux pour finalement arriver vers le marché puis le centre politique de la cité. Ici je vis le ministre des affaires diplomatiques de Kane, dans son apparat de noble, restant stoïque mais m’accueillant à bras ouvert quand il vit le sceau de Spyro sur le traité.  
Il me fit entrer dans la salle des affaires diplomatiques afin que commencent les négociations, ainsi avant de commencer je tint un coup d’œil au dehors car je me sentais épié et suivi depuis deux jours dans la forêt.

-Alors qu'est-ce qui pourrait bien faire venir un Cheetah ici, si loin de sa patrie de la part de son souverain? demanda l'Atlawa assis sur son siège richement orné

Je pris un moment avant de m'asseoir en tailleur et de baisser la tête en signe du respect dû aux dignitaires Atlawas

-Le noble Roi de Warfang, Spyro m'envoie car l'heure est grave : Virem, le chef des Skavengers à prouvé qu'il pouvait attaquer notre Royaume à n'importe quel moment, et la guilde ne cesse de multiplier les odieuses provocations à nos portes. En vérité je vous le dis, une guerre se prépare, et elle n'épargnera personne! Mais nous pouvons nous y préparer, vos hommes sont réputés pour leur vaillance au combat, et Warfang peut s'engager à vous procurer une protection contre les ennemis extérieurs de votre civilisation.
Ainsi, la proposition de mon Roi est simple, elle consiste en une union militaire entre nos deux peuple face à la menace que représente ces deux puissances étrangères, accepterez vous ce traité d'alliance?


L'Atlawa resta silencieux puis dit :

-Croyez-moi que si cela ne tenait qu'à moi, j'accepterais les yeux fermés, car je n'oublie pas la dette que nous avons envers votre Roi. Cependant je dois en parler à notre chef en premier lieu, et je doute malheureusement qu'il puisse accepter une telle alliance. Nous somme trop peu nombreux et notre armement n'est pas assez performant. Néanmoins vous pourrez indéniablement compter sur notre fidélité envers votre cause.

-Très bien, dans ce cas, quelque soit sa réponse, je tient à vous remercier d'avance pour votre accueil et votre considération.

Puis je revint jeter un coup d’œil à l’extérieur, car mon instinct continue de me faire ressentir une présence m'épiant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Célia Ritorek



Messages : 6
Date d'inscription : 10/02/2018

MessageSujet: Re: Une Jungle d'Or et de Sang (Célia Ritorek)   Jeu 22 Mar - 19:50

— Promets-tu d’essayer de m’envoyer des lettres ?
— Je ne peux pas. Cela risquerait de me compromettre.
— Tu n’es sûre de rien.
— Je suis sûre de la réussite de ma mission. Je reviendrai vite. C’est promis.
 
Célia lança un sourire complice à Nilrenthia. Cette dernière ne put rétorquer qu’avec le même sourire, quoi que moins accentué, preuve d’un esprit en tension, cédant une confiance qui était effrayante. Elle se remit à son labeur et finit de nouer le nœud des épaisses bandes de tissus de Célia aux pattes arrière. La même chose était installée le long de ses membres supérieurs. Nilrenthia était douée de ses pattes, même pour une draconift. On ne voyait plus que les griffes blanches de la dragonne mauve.
 
— Merci.
— Tu devras en changer régulièrement. Ce tissu, ça se salit vite. Surtout si tu marches avec.
— Je ferai mon possible.
 
Elle savait qu’elle garderait ces bandages pendant toute sa mission. En tant que quadrupède, elle n’avait pas la dextérité nécessaire pour attacher elle-même le tissu. Et là où elle allait, elle serait seule.
 
Elle sortit d’un étui, près d’une caisse, une lettre enroulée, qu’elle déplia.
 
« C.R.
 
La Guilde est extrêmement ravie des dernières missions que vous avez menées. Sachez que nous vous estimons beaucoup, car vous êtes une personne efficace, et cette flamme révolutionnaire qui guide vos actions nous donne du baume au cœur, nous conforte dans nos futurs projets d’une vie véritablement équitable pour tous, sans dragons violets pour dicter nos choix de vie.
Votre loyauté nous semble sincère, et c’est pour cette raison que nous avons décidé de vous donner une mission quelque peu différente, non pas pour son objectif, mais plutôt pour sa localisation. Vous devrez affaiblir le commerce entre Warfang et le clan des Atlawas. Ces derniers sont l’un des rares capables d’offrir de précieuses marchandises dont Warfang a besoin pour faire prospérer la cité. A vrai dire, l’attaque aura deux conséquences majeures : affaiblir un peu l’économie de Warfang, mais aussi dissuader les tribus d’aider le violet. Avec de la chance, leur commerce sera dévié vers la République Blanche, créant d’autres tensions entre les deux empires. Pour que cela fonctionne bien, il est impératif que vous ne soyez pas découverte, ou, qu’au moins, on ne parvienne pas à vous affilier à notre groupe. Le mystère est une arme puissante, semant le doute.
J’espère que vous vous rendez compte de l’importance de la mission, d'autant plus que votre couleur, si vous êtes repérée, ne vous aide guère dans vos missions. Ce n'est pas tous les jours que l'on rencontre une dragonne ayant en commun la même couleur que Spyro. Redoublez encore de précautions. Aussi, vous ne serez pas accompagnée. Une carte est jointe à cette lettre. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance.
 
PS : Brûlez la lettre après lecture.
G. »
 
Célia appréciait les vastes étendues forestières : celles qui entouraient le territoire des Atlawas étaient tellement denses, avec cette végétation féconde, ces arbres hauts et imposants, et cette humidité naturelle due au climat qui étoufferait de panique plus d’une personne. L’endroit semblait avoir été créé pour être le terrain de jeu d’un Ritorek.
 
Il fut au départ difficile pour la dragonne de trouver l’endroit qui avait été enterré sur la carte : elle cherchait ce qui s’apparentait à la capitale de la race des Atlawas. Ce qui trompa la Ritorek, c’était d’avoir pensé que cette civilisation cherchait à cacher sa capitale : elle pensa donc à une ville perdue parmi les clairières que pouvaient fournir la jungle. Pourtant, la solution fut un peu plus simple : elle dut se rapprocher des montagnes qui se trouvaient au centre des terres. Là, elle put découvrir ce qui semblait être une ville bâtie près de la terre dont le souhait était de toucher le ciel.
 
Une fois qu’elle sut où se trouvait la cité, il ne lui fallut que quelques jours et davantages de tentatives d’espionnages pour mieux connaître l’endroit, et déterminer où se trouvaient les dépôts importants, et comment ils étaient gardés. Elle put ainsi prévoir un plan d’attaque qu’elle planifiait d’exécuter dès qu’il serait au point.
 
Il s’avéra, par une chance incroyable, que ce même jour, un invité de choix arrivait pour parlementer avec le chef desAtlawas. Du moins, c’est ce qu’elle pensait comprendre avec le discours que le Cheetah tenait. Elle l’observait depuis le toit d’une maison, cachée derrière une cheminée. Elle portait toujours les bandages autour de ses quatre pattes et avait un long manteau qui cachait autant que possible son corps. Le vêtement était muni d’un capuchon qu’elle avait décidé de mettre sur sa tête : il y avait des orifices à l’arrière, permettant de faire passer les cornes et, accessoirement, de tenir le capuchon bien en place sur sa tête.
 
— Le noble Roi de Warfang, Spyro m'envoie car l'heure est grave : Virem, le chef des Skavengers a prouvé qu'il pouvait attaquer notre Royaume à n'importe quel moment, et la Guilde ne cesse de multiplier les odieuses provocations à nos portes. En vérité je vous le dis, une guerre se prépare, et elle n'épargnera personne! Mais nous pouvons nous y préparer, vos hommes sont réputés pour leur vaillance au combat, et Warfang peut s'engager à vous procurer une protection contre les ennemis extérieurs de votre civilisation. Ainsi, la proposition de mon Roi est simple, elle consiste en une union militaire entre nos deux peuples face à la menace que représentent ces deux puissances étrangères, accepterez-vous ce traité d'alliance ?
 
Avant de réfléchir aux paroles, elle prit le temps d’étudier le nouveau venu : du point de vue de Célia, il ne semblait pas être plus grand que la moyenne pour sa race. Son pelage était clair, dans les tons jaunes, avec des tâches noires si caractéristiques aux Cheetahs. Des oreilles noires, des poils noirs au cou… Il revendiquait être envoyé par le « Roi », et semblait en effet en être proche : ses vêtements n’étaient pas de vulgaires morceaux de tissus. Ils étaient soignés, avec de jolies couleurs. Outre son physique, cet étranger dégageait une prestance qui lui semblait naturelle. Peut-être que sa carrure, son aisance à l’oral et la manière mesurée dont il semblait exécuter ses gestes aidaient à cela.
 
C’était une bonne opportunité pour Célia. Détruire les marchandises des Atlawa pendant la venue d’un médiateur warfangien instaurerait le doute dont la Guilde s’éprouvait tant. Elle ne devait pas échouer maintenant, c’était presque vital, pour elle. Sans y songer davantage, son corps se fondit lentement avec le toit, et elle y passa à travers, tel un fantôme.
 
Elle ne dut passer que quelques murs pour arriver dans une grande bâtisse de pierre. Il y avait là beaucoup de caisses de bois, mais plus important encore, deux gardes qui discutaient. Elle sortit du sol entre les deux, et ils n’eurent guère le temps d’appeler à l’aide : l’un était déjà au sol, assommé, et l’autre gisait par terre, une patte de Célia encore posée sur la tête de sa victime. Ils n’étaient pas morts. Elle les avait seulement mis hors d’état de nuire le temps de son opération. Elle prit le temps d’enfermer les deux Atlawas dans une antichambre en pierre et ferma la porte. Au moins ils seraient en lieu sûr, et l’explosion ne devrait pas les atteindre dans cette petite pièce.
 
Oui, l’explosion. Elia sortit d’entre ses écailles un fin cristal de couleur rouge. Elle prit la peine de rassembler un peu plus les différentes caisses, inspectant une nouvelle fois leur contenu pour être certaine de son coup : il y avait des herbes et des épices. Quelques pierres, mais ce n’était pas là que la majorité des minerais étaient conservés. Une fois que toutes les caisses furent disposées à sa convenance, elle posa le cristal au milieu, s’écarta et lança une de ses dagues immatérielles. Elle passa dans le sol en suivant, et la dernière chose qu’elle entendit en se mettant à l’abri, ce fut une puissante détonation, que la terre propagea par un tremblement, comme si l’explosion l’avait aussi blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 22
Localisation : La vallée d'Avalar

MessageSujet: Re: Une Jungle d'Or et de Sang (Célia Ritorek)   Mar 10 Avr - 15:57

J'entendis un bruit de détonation puissant, à à peine plusieurs centaines de mètres plus loin.
Je pris une flèche de mon carquois et me dirigeais vers l'origine du bruit en sillonnant les étroites ruelles du village. Mais très vite je ne pu plus me déplacer face à la marée de civils Atlawas fuyant le site de l'explosion, formant un mur vivant impénétrable.
Je rangea donc ma flèche dans le carquois et décida de passer par le haut, je couru sur le mur pour m'agripper sur une pierre offrant une prise de choix, puis je l'utilisa pour me propulser à la force de mes membres pour m'accrocher et me hisser sur le toit en chaume.
De là je courus et bondit de toit en toit pour arriver jusqu'à l'origine de l'incident, il n'y avait ni flamme, ni feu, ni suie. Ce n'était donc pas une explosion réalisée avec de la poudre, mais avec un sortilège, un pouvoir élémentaire ou un cristal.
Je me tapis, repris ma flèche, et observais les alentours, il n'y avait plus personne dans la zone, tout individu restant sur les lieux sans le fuir était donc potentiellement un suspect.
A première vue, l'explosion n'a pas fait de victime, c'est déjà ça. Mais le lieu touché semblait être une réserve, les nombreuses marchandises qui s'y trouvaient sont désormais détruites. Cela allais infliger un coup dur au commerce entre la grande plaine et Warfang et tout me porte à croire qu'il ne s'agit pas d'un accident mais bien d'un sabotage...
Oui j'en suis sûr les ennemis du Royaume étaient sur le coup, mais se n'était pas des Skavengers, sinon ils auraient plutôt volé et non pas détruit des denrées aussi précieuses, mais plutôt un ennemi qui n'aurais d'autre dessein que de semer le chaos au sein des sociétés du Royaume et de ses alliés... Un ennemi comme la Guilde!
Tout semblait désormais vide mais en désordre, tout le monde avait laissé leurs activités en plan mais on pouvais néanmoins entendre les cris de la foule paniquée au loin ainsi que les instructions des soldats mettant ces civils à l'abri.
Si le ou les individus qui ont fait ça sont encore sur les lieux, alors nous serions les seuls présents en ces lieux pour en découdre.
Mais alors que je regagnais la terre ferme et que je fouillais les rues, je vis une silhouette dans l'ombres qui n'était pas un attlawa et semblait porter une capuche, j'encocha la flèche et tenait l'individu en joue.

-Plus un geste! Montre ton villain museau et dis-moi ton nom...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Jungle d'Or et de Sang (Célia Ritorek)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Jungle d'Or et de Sang (Célia Ritorek)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Light :: Les territoires de ce monde :: Territoires neutres :: La Grande Plaine-
Sauter vers: